Concours « Un nom pour notre miel »

Concours « Un nom pour notre miel »

Logo

Règlement du concours 
« un nom pour notre miel »

Logo
  1. Objectif du concours

La première production du miel BouvierNature est sur le point d’arriver et notre association est à la recherche d’un nom pour son miel. Les élèves inscrits à l’EC Nicolas-Bouvier sont invités à proposer leurs idées.

2. Calendrier

Lancement du concours

jeudi 20 mai 2021

Délai de participation

mercredi 2 juin 2021 à 17 heures

Annonce des gagnants

vendredi 4 juin 2021 après-midi
sur les écrans de l’EC Nicolas-Bouvier
le compte Instagram de BouvierNature et
sur le site www.bouviernature.ch

Lancement du concours

jeudi 20 mai 2021

Remise des prix

les gagnant seront contactés par e-mail

  1. Prix

Trois prix seront remis au terme des délibérations du jury.

  1. Conditions de participation

La participation au concours est gratuite et ouverte à tous les élèves de l’EC Nicolas‑Bouvier inscrits pour l’année scolaire 2020-2021, toutes filières et âges confondus. Toutefois, une seule proposition par participant sera acceptée.

Tout projet délivré au-delà du délai de participation fixé ne sera pas pris en compte dans la délibération du jury.

  1. Remise des noms

En remettant leur projet, les participants devront indiquer leur nom et prénom, leur classe ainsi que leur numéro de téléphone. Le projet peut être rendu :

  • au secrétariat, en remplissant un formulaire prévu à cet effet (disponible sur place)

ou

Attention : si un même nom est proposé à plusieurs reprises par des candidats différents, seule la proposition du candidat qui l’aura envoyée le premier (au secrétariat ou par e-mail) sera retenue.

  1. Jury et délibérations

Le jury est composé de 5 personnes : un-e membre du comité des élèves, un-e représentant-e du corps enseignant, un civiliste, un-e membre du comité BouvierNature et un-e membre du PAT (personnel administratif et technique). Il choisira les gagnants des trois prix et déterminera, parmi ces vainqueurs, le nom du futur miel de BouvierNature.

  1. Cession des droits de propriété intellectuelle à BouvierNature

Les participants au concours reconnaissent que tous les noms proposés dans le cadre du concours, ainsi que les droits de propriété intellectuelle y afférents, seront cédés exclusivement à BouvierNature.

Ces droits concernent notamment les droits d’utilisation, de reproduction, d’adaptation, sur tout support et ce pour le monde entier.

La cession de ces droits s’applique pour toute exploitation commerciale ou non commerciale, gratuite ou non, pour le monde entier et pour toute la durée légale des droits de propriété intellectuelle.

BouvierNature n’est pas contrainte de faire figurer le nom de l’étudiant sur ou à proximité du nom gagnant et n’est pas tenue d’exploiter ces droits.

Des nouvelles de BouvierNature. Patience et longueur de temps…

Des nouvelles de BouvierNature. Patience et longueur de temps…

Auteur : Patrick

Où il s’agit de vous parler de l’aide financière que nous avons obtenue, des autorisations que nous attendons pour commencer les travaux à la rentrée prochaine, des conditions particulières en lien avec le Covid-19 qui ne nous ont pas empêchés de lancer notre potager, mais qui repoussent l’acquisition de nos abeilles et annulent le paella party.

Imaginez que vous ayez un projet de permaculture respectueux et local, qui s’adapte parfaitement au cadre dans lequel vous évoluez et de surcroît propose une approche durable, imaginez qu’il soit, grâce à un soutien financier de 30’000 francs, déjà entièrement auto-financé et que vous restiez bloqué-e dans l’attente d’autorisations qui tardent à venir malgré plusieurs relances.

Imaginez que vous ayez déjà envisagé la couleur de vos essaims, choisi sur catalogue vos reines et la couleur de leurs servantes, imaginez que leurs palais soient déjà prêts, avec leurs allées et leurs coursives, leurs toits et leurs chambres mais qu’un méchant virus vous empêche de les faire venir.

Imaginez que vous ayez déjà réservé votre soirée du mois de juin, en souvenir de l’année dernière, quelques jours avant de prendre l’avion pour vous rendre en vacances dans un pays exotique, imaginez que vous ayez déjà planifié de savourer cette succulente paella, où les goûteux aliments qui la composent se mêlent à l’esprit festif et heureux d’une douce soirée d’été, où le rire et la joie de vos collègues résonnent entre les salades et que l’on vous annonce que tout cela est annulé.

Je sens la colère et la frustration montez en vous. Certain-e-s seraient prêt-e-s à ruer dans les brancards (expression de circonstance). D’autres plus rapidement résigné-e-s diraient, je les entends d’ici :

Même les meilleures volontés du monde peuvent un jour être victimes de lenteurs administratives.

Même les têtes couronnées sont stoppées aux frontières ; même les personnes de sang royal doivent respecter la distance sociale et le confinement quand la santé des habitants de la planète est en jeu.

Même les meilleures choses s’arrêtent en cas de pandémie.

Zut ! ai-je envie de vous répondre. Ou plus vertement à la façon du capitaine Hadock : Mille millions de mille sabords. Nous ne sommes pas des espèces de Bachi-bouzouk, des bougres de faux jetons à la sauce tartare, des espèces de mérinos mal peignés, des ectoplasmes à roulettes ! Non, cré vin diou ! Nous allons trouver une solution !

J’en connais d’autres qui ont su réagir à ce genre de situation et qui ont trouvé des parades originales. Regardez, par exemple, Le Glaude et Le Bossu, dans la soupe aux choux, film tiré très probablement de faits réels, même si on veut nous faire croire le contraire. Traqués par des promoteurs qui en veulent à leur bien, insatisfaits de la façon dont évoluait leur région, fatigués de devoirs se battre contre des moulins à vent, les deux compères ont fait appel à des extra-terrestres pour leur venir en aide. Et cela a fonctionné.

Cela ne vous inspire-t-il rien ? Quant à moi, j’ai peut-être une idée.

En attendant, bonne nouvelle, nous avons planté notre potager en respectant les limitations propres à cette situation exceptionnelle et y avons mis un nombre certain de choux. Je comptais proposer au comité de BouvierNature, prêt à se dévouer en toutes circonstances pour le bien-être de tous, d’utiliser ces nobles légumes pour confectionner un potage et, lors de notre prochaine réunion, à laquelle je serai malheureusement absent, d’en ingurgiter. Cela permettra d’émettre en groupe de sonores flatulences et d’appeler ainsi à la rescousse La Denrée qui avec ses congénères emporteraient, les collègues, le bâtiment, le jardin et nos élèves sur la planète Oxo où loin des misères du monde, des interdits et des lenteurs bureaucratiques nous pourrons continuer à vaquer à nos occupations pédagogiques et rurales, à notre guise et dans la bonne humeur.

Soirée Malakoff

Soirée Malakoff

Auteur : Patrick
Nous avons reçu un premier soutien financier pour lancer notre projet. Hourrah ! Ça se fête ! En ce temps de Coronavirus, de quarantaine, de confinements, de rhumes et d’expectorations diverses et variées, retrouvons-nous, non pas pour brûler le bonhomme hiver afin de favoriser l’arrivée du printemps, mais pour faire Mal à kof kof, et se séparer des « derniers virus hibernaux et de la morbe et des blaires qui embrubent nos cerbeaux ». Nous vous proposons de nous retrouver à la cafétéria de l’EC Nicolas-Bouvier, le jeudi 19 mars 2020, à 19h00, afin de partager pour la modique somme de 3.- pièce, hors boisson, ces petits globes qui ressemblent à des boules de neige, mais qui, fort heureusement, n’en ont ni le goût, ni la couleur, ni la consistance. Pour participer à cette fiesta printanière, complétez le lien doodle jusqu’au mercredi 11 mars 2020. Venez nombreux. Vous serez revivifiés et deviendrez des êtres heureux, des gens Malakoffement transformés, atteint du même virus que les Malakoviens qui en respirent les effluves. Effets garantis, Sinon remboursés. Pas beau la vie !